Assistance : +33 4 91 45 27 71 (Marseille) +33 4 42 05 16 15 (Fos)

Swipe to the left

Tests ski 2015-2016 : nos avis

Tests ski 2015-2016 : nos avis
17 août 2015 29203 Vues

Préambule

Comme d’habitude, la nouvelle saison 2015-2016 commence … début janvier 2015. A 10 mois de nos premières livraisons de produits millésime 2016, nous partons donc tester les nouveautés … histoire de permettre à nos chères marques de produire en fonction de nos commandes et de prendre ainsi le moins de risque possible. Ceci dit, ça tombe bien: nous, on adore tester, et en général, début janvier est synonyme de bonnes conditions de neige.

Et bien cette année, pas de chances, la neige est bien capricieuse. Après s’être déguisé en été indien, l’hiver est arrivé .. dans les alpes du sud essentiellement. Nos skis tests à Meribel se sont donc déroulés sur des pistes et hors pistes un peu …durs. Après 2 années où l'on a porté notre attention sur les skis de poudre, c'est donc l'occasion de refaire un point complet sur le comportement des skis sur le dur !

Avant d'aborder le vif du sujet avec les tests modèle par modèle, 2 remarques générales à l'attention de nos chères marques et de leurs ingénieurs produits

Question de poids

En passant de stand en stand lors du ski test pro à Meribel avec mes 2 testeuses préférées (niveaux moyen et très bon), nous n'avons eu de cesse d'entendre le même son de cloche. Tous les commerciaux, sans exception, ont abordé nos 2 skieuses en leur ventant le poids particulièrement bas de leurs skis 'femme'. Après une 10aine de tests, ces dernières ont bien fait le tour de la question et noté que tous les skis légers qu'elles ont pu tester étaient notoirement insuffisants sur piste (à l'exception du Fischer Ivory peut être). Elles ont fini ces journées de test en rentrant sur les stands pour demander des skis les plus lourds possible, et si possible dans la gamme homme. Vous ne croyez pas qu'il y a un problème ? ... je pense surtout que les marques se font une bien fausse idée ce que que cherchent les skieuses ... à l'exception peut être des débutantes !

Tout en souplesse

Pour accompagner la remarque précédente, nous avez été globalement assez déçu de constater qu'une grosse majorité des skis utilisent encore des structures dignes des skis droits d'il y a 20 ans! Cette affirmation est certes un peu provocatrice, mais nous avons du mal à accepter qu'il y ai encore tant de skis dit 'haut de gamme' qui soient encore aussi souples en torsion ... avec pour conséquence des performances très insuffisantes en terme d'accroche et de conduite de courbe sur neige dure. L'argument imparable des commerciaux ("C'est normal, ils n'ont pas été affûtés depuis ce matin") nous laisse à chaque fois pantois ... en tant que skieur non professionnel, vous affûtez vos skis tous les jours ?!?

Certes, les skis de poudreuse ont fait évoluer le marché, mais des années avec si peu de neige nous rappellent qu'un ski doit aussi permettre de se faire plaisir lorsqu'il n'est pas tombé 10cm de fraiche dans la nuit. Alors par pitié messieurs les chefs produits, arrêtez de ne regarder que le poids et l'accessibilité pour le skieur débutant ! Il y a aussi des pratiquants qui savent exploiter un ski moderne sans vouloir forcément dépenser 1200eur dans un Stockli SX ou autre Redster XT. Il me semble que les techniques de construction modernes et les matériaux actuels permettent largement de réaliser ceci dans des budgets raisonnables (à l'image du Nordica FireArrow Ti). Très franchement, sans citer de marque ou de modèle, le comportement de certains skis à 800eur relève très franchement du "foutage de gueu..." (pour être poli).

Si vous voulez en savoir plus sur la rigidité des skis (en flexion et en torsion) et les conséquences sur le comportement du ski, vous pouvez lire ce post dédié à la question.

STOCKLI

STOCKLI SX

Stockli Laser SX

Le SX est un dérivé du ski du Laser GS, avec l’objectif de le rendre un peu plus accessible. Dans les fait, il en est très proche … et d’ailleurs proposé au même tarif. Techniquement, la principale différence est qu’il garde un noyau bois là ou le Laser GS passe en noyau 100% composite.

Dès les premiers virages, la magie stockli opère avec un contact ski-neige dont la qualité devance tout ce que nous avions connu jusqu’alors. Même Kastle, qui était notre référence actuelle, est devancé ! Il est difficile de décrire ce que l’on ressent : habituellement, on peut parler de telle ou telle qualité ou de tel ou tel défaut, mais ici, le seul mot qui vient à l’esprit est « équilibre ». C’est un tout, une combinaison magique ou tout semble en place et en harmonie. Pour être un peu plus didactique, disons que l’on a un ski pas très raide en flexion … dans la moyenne en fait, mais visiblement assez raide en torsion car l’accroche est phénoménale. Surtout cette accroche est totalement et très régulièrement répartie sur toute la longueur de carre. Cela donne à la fois une conduite de courbe seine, ultra précise et agréable avec un ski qui ne bloque pas sous le pied dans les appuis marqués sur le dur. Enfin, le ski semble très amorti car le contact carre / neige est imperturbable : le ski semble collé à la neige. Pourtant, il ne manque absolument pas de dynamique.

Côté comportement, le SX est un ski assez facile à mettre en courbe avec une spatule précise et rapide, mais pas brutale … encore une fois tout dans le dosage. Son noyau pas trop raide permet facilement de prendre de l’angle et d’aller trouver des courbes assez serrées pour un GS.

En comparaison avec le SC (identique au SX, rayon mis à part), c’est la stabilité à vitesse soutenue qui est incomparable, surtout pour un ski qui ne mesure que 1m75 (il a la stabilité de certains concurrents en 185 voir plus !). Il a de plus une vraie capacité pour faire varier le rayon de courbe à condition d'avoir un peu de technique. Pour ceux qui sont moins aguerris, le SC simplifiera encore la tâche de ce côté.

Côté glisse, stockli place la barre très haut, et seuls les skis fisher nous ont donnée une telle impression de glisse.

Au final, vous l’aurez compris, c’est une réussite exemplaire : un ski quasi parfait, qui remporte haut la main notre compétition des skis de GS grand public, même si Volkl et Atomic avaient mis la barre très haut avec leurs nouveaux modèles…

STOCKLI AX 78 mm

Le AX est une déclinaison du laser SX avec un patin un peu plus large. Il offre le même feeling que le SX, mais avec une entrée en courbe encore plus facile grâce à la largeur. La stabilité est légèrement en dessous et il demande logiquement plus d’appui à haute vitesse pour le garder stable. Le rayon en virage coupé est un peu plus court que le SX

Comme le SX, c'est un ski agréable, avec un rayon facile à gérer. Il est très sein en virage dérapé. La sensation d’accroche est très répartie sur l’ensemble du ski, ce qui permet de ne pas bloquer sous le pied (brouter) sur des appuis forts.

STOCKLI Spirit globe

Encore plus doux que le spirit et avec un rayon plus court, le O2 est aussi moins précis. Il relance très bien en petit virage. Moins stable et rassurant à vitesse soutenue. Il boucle plus mais la spatule se balade si on va vite car la spatule veut fermer en permanence. Un ski facile, moins incisif et précis sur les neiges dures. Ultra confortable par contre, et tellement agréable !

STOCKLI Stormrider 95

EXCEPTIONNEL ! Avec le stormrider 95, on entre dans un monde de performances très affirmé. Ce couteau suisse (pour le coup, c'est le cas de le dire) reprend toutes les qualités de la gamme Laser dans un ski capable d'évolutions hors piste. C'est pour nous une référence absolue en terme de qualité de conduite, de stabilité, d'accroche, d'incisivité dans le crénau des skis all-mountain.

En contre partie, c'est un ski sportif qui demande une bonne condition physique et une technique bien au point. Notre coup de coeur avec le SX de la même marque !

STOCKLI Stormrider 107

STOCKLI Stormrider 107Le stormrider 107 est agréable en poudre, mais pourrait être plus ludique dans cet élément. La portance est honorable et efficace, mais là aussi, il est un peu retrait par rapport aux meilleurs skis de la catégorie. Le talon accélère à chaque virage et ne lâche pas, ce qui le rend assez technique en milieu encombré (forêt). Son gros point fort est la traffole où on équilibre fait mouche.

Sur le dur, on retrouve toutes les qualité Stockli : bien amorti, un excellent contact ski neige, et une carre qui ne lâche jamais (une vraie lame de rasoir). Il est physique dans les bosses (trop d’accroche pour 107mm). Sur piste damée, il demande du physique même si il n'est pas raide.
Au final, des grosses sensations sur piste, des capacités à tourner relativement court, mais un ski physique qui se skie en conduite coupée essentiellement ! On touche un peu la limite du concept sur ce 107 au patin, qui est bien moins équilibré à nos yeux que les skis plus étroits de la marque.

STOCKLI Stormrider 115 Pro

STOCKLI Stormrider 115 Pro

Le Stormrider pro 115 est dans l’esprit d’un Atomic Automatic 117. Très stable à grande vitesse, il défonce la trafolle . Toujours un excellent amorti et un contact ski neige de très haut niveau. Pas raide, la spatule vit et portance honorable, mais il manque de maniabilité dans la foret. Assez accessible, manque un peu de caractère ludique. Sur piste, c'est collé à la neige, rien ne peut vous arriver, mais il faut de bonnes jambes pour gérer le 115mm qui ne lâchent pas.

Un bilan qui pourrait être parfait, mais au final, on a un ski pas assez joueur pour le skieur passionné, mais trop souple pour le pro-rider ou les très gros skieurs.

DYNASTAR

DYNASTAR Omeglass WC SL

Dynastar Omeglass SL FISTesté en libre, puis dans les piquets boys, l’omeglass est un ski exigent et très pêchu. Il nécessite une technique aboutie pour être exploité car il a une forte tendance à mettre le skieur à cul si on n’est pas bien posé. Il interdit donc tout relâchement. L’accroche est à la hauteur des skis de la catégorie, et il demande de la puissance sur des appuis courts et de l’angulation pour réagir et éviter de bloquer sur le carre. Comme beaucoup de skis FIS, mais encore plus sur celui-ci, l’effet de spatule est faible. Il faut donc être très présent sur les languettes.

En mode promenade, il devient rassurant mais attention aux réaction d’appui si on se laisse prendre par la vitesse ! Au final un ski que l'on ne conseillera absolument pas à un public non compétiteur, et qui même pour ces derniers, ne sera pas le plus facile à gérer du marché.

DYNASTAR Omeglass pro

DYNASTAR Omeglass proAvec un noyau course et un rayon un peu plus court qu’un vrai géant, le Dynastar Course WC premium est une machine à plaisir. Il est ultra exigent pour un skieur non compétiteur et nécessite technique et physique. En échange, le plaisir qu’il procurera à un skieur expert est énorme.

Plus précisément, avec très peu d’effet de spatule et beaucoup de raideur, le ski ne rentrera en courbe qu’avec un appui franc sur les 2 languettes …sinon, ce sera flottement et tout-droit. Avec de l’angulation et de l’engagement, l’accroche est infaillible, même sur la glace.

Bien sûr, il sera difficile de faire une journée complète en mode 'poignée dans le coin', d’autant plus qu’il y aura vite du monde et des bosses. En effet, le Premium WC ne s'exprime réellement qu'à vitesse (très) soutenue et sur piste propre (pas de bosses). C’est donc un ski qui se conçoit en complément avec un ski plus polyvalent, pour s’offrir 2 heures de bonheur intense et de sensations le matin lorsque les conditions sont au rendez-vous.

Note : le Premium WC est une excellente alternative à un ski FIS pour un coureur régional ou pour faire des flèches..

DYNASTAR Course pro

DYNASTAR Course proLe course pro est dans la lignée du Dynastar Omeglass Pro (le SL grand public de Dynastar). C'est sa déclinaison directe en version moyenne et grandes courbes. C'est un ski solide et consistant, mais physique et nécessitant un appui conséquent pour tailler des courbes.

Par contre, contrairement cette fois au FIS ou au premium, l’effet de spatule est présent et salutaires pour ceux qui n’ont pas un niveau technique de fou. Il permettra donc à des skieurs sportifs de progresser et de tirer les fruits de leur investissement physique et technique

DYNASTAR Cham 107

La gamme Cham évolue très sensiblement cette année, pour devenir plus accessible et plus homogène. Désormais, plus de plaques zicral dans la gamme, et des skis adoptant une construction intermédiaire entre les anciens cham classiques et cham HM. Ceci profite beaucoup aux cham 97 et cham 107 qui deviennent moins lourds et plus souples. On garde cependant le même type de comportement, mais cette fois avec des skis moins physiques, donc bien plus cohérents avec leur cible.

En pivotement sous le patin (ski en mode technique traditionnelle), le cham 107 est très facile et relativement équilibré. Malgré ses 107mm sous le pied, il ne casse pas les jambes et reste donc agréable. Dans la trafolée, il a gagné en équilibre par rapport aux version précédentes, grâce à un meilleur travail du noyau.

En conduite coupée, les choses sont moins évidentes. Le ski manque beaucoup d’effet de spatule à cause des rockers et de la souplesse en torsion. Il faut donc du temps pour le mettre en courbe, ce qui interdit de serrer réellement les virages. On pourrait contrer ceci en travaillant en avalement, mais le ski manque de dynamique et de réaction d’appui pour réellement exploiter ce mode. Idem pour le cham 97.

Par contre, une fois sur la carre, et à condition que la neige soit douce, la spatule travaille très bien et la conduite est seine. Si la neige durcie et que l’on prend de la vitesse, les choses se gâtent au point de devenir désagréable et peu rassurant. On sent alors clairement que l’on sort des capacités du ski.

En gros, on garde l’esprit Dynastar avec un ski adapté à une technique traditionnelle, plus agréable et moins fatiguant hors piste qu’avant, mais moins intéressant sur piste pour un skieur ayant une technique plus moderne.

DYNASTAR Cham 87

DYNASTAR Cham 87

Peu d’évolution par rapport aux modèles précédent. C’est un ski dont on mesure mal l’intérêt car il est notoirement défaillant sur piste (mou, manque cruel d’accroche, pas stable, pas d’effet de spatule), et pas assez large pour apporter un réel intérêt hors piste. C’est un ski à réserver pour une pratique loisir à petite vitesse, sur bonne neige et piste pas pentue. Ses bonnes aptitudes en pivotement et sa relative légèreté en font un bon produit de location pour skieur occasionnel.

DYNASTAR Mythic 97

Le Mythic est une version très allégée du Cham 97. C’est une grande réussite car on a 90% des performances du Cham 97, avec un poids réellement impressionnant.

Sur piste, la conduite en coupé, et la stabilité en prennent un coup sans que le différence avec le cham 97 classique ne soit très importante. De toute façon, ce n’est pas son créneau. Hors piste, la légèreté du ski le rend très facile à manier et à replacer. C’est un régal dans les neiges inégales (trafolle). L’inertie réduite au minimum améliore encore le pivotement qui était déjà de très bon niveau sur le cham 97. Seules quelques vibrations et un côté un peu sec constitue une petite ombre au tableau. Pour un gabarit léger (femme) ou un skieur moins posé, cette dernière remarque est à prendre en considération sérieusement car elle peu gâcher le plaisir.

En tout cas, le Mythic est très clairement (et de loin!) le ski le plus intéressant de la gamme Cham 2016. Si on a du mal à cerner ce que le reste de la gamme peut apporter, le Mytihc constitua un vrai choix attachant pour un skieur pratiquant le hors piste toute neige, et désirant un ski léger et peu fatiguant.

DYNASTAR Active 9 Xpress

DYNASTAR Active 9 Xpress

Le DYNASTAR active 9 est un ski accessible et léger, essentiellement exploitable en petit virage et bonne neige. Comme précédemment, le pivotement est facile même si le manque d’équilibre avant / arrière est un peu pénalisant. Par contre, le ski offre une présence sous le pied qui rassure ... et comme toujours chez Dynastar, le confort est excellent même sur des neiges dures.

Pour une pratiquante de bon niveau, il est absolument insuffisant en conduite, trop mou, et trop instable dès que la vitesse augmente. Pour une skieuse loisir, ce ski offrira tout ce qu'il faut pour passer un bon moment : confort, légèreté, facilité, accroche ... que demander de plus !

DYNASTAR Elite 11

L’Elite 11 fait un bond en terme de performance par rapport à l’active 9 que nous avons essayé juste avant. Il reste un ski léger et accessible, mais il a plus de présence et de tenue. L’équilibre avant / arrière est bien meilleur et cette fois, on commence à avoir du dynamisme. L'accroche devient plus sérieuse sur neige dure, mais on manque encore de rigidité en torsion pour pouvoir évoluer de façon sérieuse en carving. On le conseillera à des pratiquantes de bon niveau évoluant en petits virages et technique traditionnelle (classe 2/3).

DYNASTAR Elite 12DYNASTAR Elite 12

Le haut de gamme femme dynastar vient parfaire les possibilités de l’Elite 11, sans devenir technique ou physique. Il se destine au même public, mais fait preuve d'un peu plus de tonus.


ROSSIGNOL

ROSSIGNOL HERO Elite ST Ti

ROSSIGNOL HERO Elite ST Ti

Le HERO Elite ST Ti n'évolue pas cette année : on retrouve donc le modèle que nous avions testé l'an passé, et d'ailleurs aussi le Dynastar OMEGAS Pro (voir plus haut) puisque nous avons à faire strictement au même ski décliné dans une déco. différente.

ROSSIGNOLHERO Elite LT Ti

ROSSIGNOL HERO Elite LT Ti

Le HERO Elite LT Ti n'évolue pas cette année : on retrouve donc le modèle que nous avions testé l'an passé, et d'ailleurs aussi le Dynastar Course Pro (voir plus haut) puisque nous avons à faire strictement au même ski décliné dans une déco. différente.

ROSSIGNOL pursuit 800 Ti

ROSSIGNOL pursuit 800 TiLe pursuit 800 est le haut de gamme de la gamme piste Rossignol. Ce P 800 a un peu déçu notre testeuse : sa maniabilité modérée est pas compensée par une excellente stabilité. C'est un ski assez rigide et lourd, mais Il devient un vite fuyant lorsque l’on ouvre les courbes et que l'on prend de la vitesse. On s'attendait à un comportent plus mordant et précis à ce niveau de prix. Pourtant le test a été effectué avec un ski à la taille de notre testeuse (c'est le conseil de Rossignol pour un skieur expert) ... on pouvait donc d'attendre à une stabilité et une conduite de courbe plus importante ... que l'on retrouve par exemple sur le HERO Elite LT.

Au final, c’est un ski sein, mais lourd et trop limité à un rayon moyen à vitesse moyenne.

ROSSIGNOL SOUL 7ROSSIGNOL SOUL 7

Pas d'évolution sur le SOUL7 pour cette saison. Compte tenu des records de ventes depuis 2 ans sur ce modèle, Rossignol capitalise encore cette année sur pour optimiser sa rentabilité.

La techologie AirTip qui consiste à utiliser un noyau ajouré en spatule et talon, est très bien mise en valeur avec des jeux de transparence du plus bel effet. Pour être très franc, nous avons des doutes sur le réel intérêt en terme de poids car le noyau qui est à cet endroit en ABS n'est pas plus léger qu'un noyau bois correctement choisi. Par contre, après 2 saisons de vente de ce modèle, nous n'avons maintenant plus de doute sur la fragilité de la spatule ... il faudra donc être soigneux et ne pas taper un arbre ou un caillou sous peine de voir cette dernière s'ouvrir en choux-fleur.

Le manque de neige cette année ne nous a pas permis de les re-tester dans des vraies conditions de freeride. Nous nous sommes donc limité à évaluer le soul 7 sur piste, en le comparant à ses concurrents directs (Nordica Patron, Atomic Automatic, Salomon Q115, DPS Wailer 112RP2, Stockli Stormrider 115 Pro, etc.). Pour le test en poudreuse, nous vous invitons à relire notre test de l'an passé :


"Sur la neige, et après une présentation commerciale très appuyée, nous nous attendions donc a une révolution en terme de maniabilité et légèreté. Le moins que l'on puisse dire, c'est que nous sommes resté sur notre faim ! Une fois n'est pas coutume, les skis tests se sont pourtant déroulés dans des conditions parfaites pour exploiter ce type de skis (entre 20 et 30cm de peuf hors piste et une bonne traffole sur la piste). Toute la journée, nous avons testé des skis entre 100 et 125 au patin ... et bien les Rossignol nous ont paru parmi les plus lourds aux pieds ... un comble. Même le Q115 de Salomon, qui n'est pas un modèle de légèreté, est apparu plus confortable que le Super 7. Seul le Soul 7 se démarque avec un côté léger et très ludique, mais pour le coup un poil trop 'mou', et surtout pas très rassurant à vitesse soutenue. En testant le Squad 7, nous imaginions que son inertie plus que respectable allait être compensée par une très bonne stabilité à haute vitesse. Il est vrai qu'elle est très honorable, mais pas meilleure que celle du Nordica Helldorado, qui reste pourtant plus léger aux pieds et bien plus confortable. La prochaine fois, nous irons tester avant d'écouter le discours commercial, ça nous évitera toute déception. Côté portance, les 7 series sont dans la bonne moyenne des skis de cette largeur. La longue spatule fait bien son travail, et le léger rocker arrière permet de slider pour boucler les virages lorque ça manque de place. De ce côté, on retrouve les recettes qui ont fait le succès des anciens S7 notamment.
Au final, la gamme 7 Serie propose des shapes modernes et aboutis, mis en valeur par un design que nous trouvons très réussi. Nous restons juste un peu déçus par une inertie trop importante des Super 7 et Squad 7 et un confort perfectible par rapport aux meilleurs skis de la catégorie ... le marketing en aurait il trop fait au détriment du développement ?"


Sur neige dure, donc, le Soul7 surprend comme beaucoup de skis récent par sa grande maniabilité : d'abord on n'imagine pas avec plus de 11cm sous le pied, et surtout le ski pivote à plat sans aucune difficulté. La prise en main est donc très facile, ce qui explique le succès de ce ski auprès du public loisir. Avec un peu de vitesse, la conduite de courbe dur Soul7 se dégrade très très vite ... il semblerait que le noyau trop souple en torsion, soit incapable de suivre le rythme. Sur notre piste référence qui comportait quelques jolies plaques de neige dur voir un peu glacée, le Soul 7 n'a pas été à la fête, et il a rapidement fallu se rendre à l'évidence que ce ski n'est pas fait pour faire de la piste, sauf à petite vitesse et sans aucun engagement technique. Sur ce terrain, le Rossignol est nettement en retrait par rapport aux Atomic, Nordica et Stockli.

Par contre, la lourdeur que nous avions ressenti l'an passé dans la poudreuse ne s'est pas fait ressentir sur piste.

Au final, ce test nous permet de compléter notre compte rendu fait en 2014. Le Soul 7 est définitivement un excellent ski pour un pratiquant loisir qui désire découvrir le ski de poudreuse en toute facilité. Il lui permettra par ailleurs de terminer sa journée sur piste en mode promenade sans engendrer de fatigue musculaire excessive. Gageons que la puissance marketing de Rossignol associée à l'accessibilité de ce ski permettra au plus grand nombre de découvrir ce que peut apporter un ski moderne hors-piste. Après cette découverte, ceux qui désirent approfondir cette expérience se trouerons vers des modèles plus complets.

NORDICA

NORDICA FireArrow 80 Ti

Après avoir fait un carton l’an dernier avec le FireArrow 76Ti qui a impressionné tout le monde, Nordica remet de couvert en sortant un sister-ship en 80mm sous le pied. On ressent peu la largeur supplémentaire, mais on garde toutes les qualités du 76Ti : très bonne consistance sous le pied, entrée en courbe précise et très rapide, conduite de courbe impeccable, accélération, stabillié … et le tout sans nécessiter beaucoup d'engagement. Encore une fois, on le conseille les yeux fermés à tous ceux qui veulent progresser techniquement, ou simplement prendre du plaisir avec un bon niveau technique et physique.

Petites mises au point :

1- Nous tenons à porter votre attention sur le fait que, malgré le discours marketing, les FireArrow 76 et 80 sont à classer dans la catégorie skis de piste. Il n'est pas décemment envisageable de conseiller ces skis pour sortir des pistes.

2- Nous avons signalé les performances de ce skis, mais il est important aussi de préciser que lorsque nous disons qu'il demande "peu d'engagement", c'est à comprendre pour un skieur expert. Avec son noyau double Ti, le FA80 pourra paraître très physique a un skieur loisir. Nous ne conseillons donc soit à des skieurs ayant un très bon niveau technique, soit à des pratiquants qui ont pratique sportive régulière en dehors du ski. Pour parler plus cru, ce n'est pas un ski de location léger pour touriste qui skie 4 jours par an, par contre, il en a dans le ventre!

NORDICA FireArrow 76 Ti / Spitfire ProNORDICA FireArrow 76 TiSpitfire Pro

Aucun changement par rapport à l’an passé. Il faut dire que le ski est tellement réussi, qu’il ne faut surtout rien changer !

Pour faire simple, il s'agit tout simplement du Spitfire Pro avec une déco juste différente. Le résultat est un ski maniable, accrocheur et dynamique ... bref, très peu de défauts pour l'un des tout meilleurs skis de sa catégorie.

Plus en détail, le FireArrow 76 est un ski étroit au patin avec un gros effet de spatule et un rayon autour des 15m. Par rapport à son grand frère (le spitfire EDT), le FA76 est beaucoup plus léger et moins fatiguant. Il demande moins de dépense physique pour en tirer le meilleur, et permet plus facilement de skier 'cool'. Par contre, il est évidemment un peu moins efficace quand on lui 'rentre dedans'. En particulier, le travail de la spatule se dégrade un peu lorsque l'on va chercher des angles importants. Signalons toutefois que compte tenu du public visé, il y a de très faibles chances que l'on arrive aux limites de ce ski. Les quelques skieurs capables de tirer réellement partie de l'apport de l'EDT se tournent rarement sur la gamme de tarif du FA76. Donc pas de stress.

NORDICA Dobermann Gsr EDT

NORDICA Gsr EDTOn ne peux par parler de la gamme piste Nordica sans évoquer les 2 EDT (GSR et Spitfire). Ces skis n'ont certes pas évolué pour 2015, puisqu'ils avaient été totalement revus en 2013 et 2014. Il restent toutefois de véritables références dans leur domaine et il font clirement partie des meilleurs skis que nous n'ayions jamais testé (avec les Ato D2 et autre Kessler et Kastle). En échappant à la mode du Rocker qui n'a à notre avis rien à faire sur un ski de piste, Nordica a sû garder un comportement agressif, mais pas brutal. Ces 2 skis sont destinés à des pratiquants de très bon niveau maîtrisant parfaitement la conduite coupée. Pour ces derniers, ce sont tous les 2 de vraies armes à plaisir. On a une accroche exceptionnelle et un dynamisme de très très haut niveau sans avoir un ski raide. Le Spitfire, plus accessible avec son rayon plus court, pourrait même etre proposé à un skieur moyen qui s'y fera plaisir, mais il n'exploitera probablement pas 10% de ces capacités. Tourt comme le GS D2 d'atomic, le spitfire EDT est vraiment un ski qui peut s'adapter au niveau de son conducteur !

NORDICA Patron et EldoradoNORDICA Patron et Eldorado

Nous avons eu la chance, une fois n'est pas coutume, de tester dans la même taille 2 skis ayant le même shape avec 2 constructions différentes. Les conditions de neige réunissait des passages avec 20 à 35 de poudre, des passages en trafollee, et de la piste damée.
Pour les 2 skis, on a évidemment une portance incomparable avec les 50/50 comme le soul ride. Quel que soit la vitesse et les obstacles, le ski est maniable et efficace. Il se joue de tous les mouvements de terrain même en appui languette et reste en toute circonstances complètement maîtrisable ... il vole presque au dessus. Le rocker fait parfaitement son travail en évitant tout coup de frein dans les bosses hp. En comparaison avec beaucoup d’autres skis de la même catégorie, le Patron parait léger au pied et confortable. Sur piste, il est capable de carver L'eldorado est plus physique et fatiguant, mais cela ne semble jouer que très peu sur son caractère ludique. Il est par contre sensiblement moins confortable et à plus d'inertie en demandant plus de jambes et plus de pilotage. l'helldorado est bien plus stable que le Patron sur piste et dans la trafollee, voir même impressionnant à grande vitesse ... son accélération est impressionnante.
Si on compare à notre référence (le Wailer 112), le déclenchement du virage demande un plus d'effort. Du coup, le Dps garde une longueur d'avance dans les endroits encombrés ou lorsque les conditions de neige sont vraiment compliquées. Par contre, le Helldorado passe devant et fait jeu égal avec le DPS RPC quand il s'agit d'évoluer principalement à grande vitesse en enchainant des dénivelés importants.

NORDICA Soul Ride

NORDICA Soul RidePour sa 3e saison d’existence, le SoulRide n’évolue pas, sauf dans sa cosmétique, particulièrement réussie cette année. Le SoulRide un ski de tous les jours à la fois joueur, dynamique et accrocheur. Un vrai concentré de plaisir au service du skieur moderne. La largeur pourtant conséquente passe presque inaperçue tant le ski semble léger, facile et confortable. Tant que la neige reste bonne, le virage coupe est très précis et facile à trouver. Sur la neige très tendue, il ne pourra faire égal avec un vrai ski de piste bien conçu, mais il reste gérable et on lui pardonnera ce défaut tant il apporte du plaisir le reste du temps.
Attention au choix de la taille : le 177 pour 76 kg est notoirement insuffisant hors piste pour trouver suffisamment de la portance dans les endroits encombrés. Compte tenu du Rockers marqué, et de la spatule arrière, il faudra prendre environ 10cm de plus que votre taille pour rester cohérent avec le programme du ski.

Attention, comme souvent avec les skis Freestyle BC, le SoulRide est assez souple en flexion. Il peut donc surprendre les skieurs ayant une technique traditionnelle car il n’offre pas une grand consistance sous le pied (peu de cambre et ski peu raide). Par contre, celui qui sait carver et prendre le d’angle découvrira un ski dynamique très attachant

NORDICA Enforcer

NORDICA Enforcer

C'est le retour de l'enforcer, avec une version totalement revue. NORDICA n'a pas fait les choses a moitié et propose un ski très solide de performant. Sur le dur, la conduite de courbe est puissante, stable, et précise. C'est consistant sous le pied quelque soit le terrain. Gageons que même les skieurs ayant une technique traditionnelle aimeront ce côté solide et dynamique. Un autre très bon point : ski vous avez une technique aboutie en virage coupé, vous pourrez jouer avec le rayon à l'infini ... il est capable de prises d'angle incroyable !

Hors piste, c'est beaucoup moins joueur qu'un Patron ou un Soul Ride. On est sur un registre plus traditionnel, mais avec une spatule qui fait parfaitement son travail et un ski qui porte pour un 100mm. Par contre, le talon puissant accélère en permanence. Il faudra donc soit de la place, soit du rythme vertical pour le mettre où l'on veut.

Au final, une grande réussite pour skieur technique privilégiant le sérieux de la conduite au côté joueur hors piste.


NORDICA Energy 90 et Energy 100

Cette gamme vient s'intercaler entre les gammes Nordica FireArrow et Hell & Back, avec la vocation de donner un caractère un peu plus alpin aux gammes freeride rando. Disons le tout de suite, nous étions assez sceptique au départ pour 2 raisons : tout d'abord nous avions un souvenir très moyen de l'essai de cette gamme freeride-rando l'an passé et d'autre part car cela vient rajouter des modèles à une gamme déjà énorme et complexe à déchiffrer. Nous verrons que le premier point a été corrigé, mais pas le deuxième.?Cette nouvelle gamme est donc constituée de 3 modèles ayant respectivement 80 ,90 et100mm de largeur au patin. Ils ont tous un rocker en spatule et un très léger rocker en talon. Les lignes de côtés offrent un rayon moyen, une spatule progressive , et un talon pincé un peu comme sur le dynastar cham. Nordica applique ainsi des solutions désormais classiques mais parfaitement dans la tendance. En cela, la gamme évolue nettement par rapport aux hell & back plus classiques.

Le noyau dit wicore est un noyau bois qui offre a la fois une bonne dynamique et un poids léger. Ainsi, tous les skis de cette nouvelle gamme paraissent très léger au pied (même en 100 au patin !). Sur la piste, nous avons été très agréablement surpris par les Energy : malgré le poids léger et un confort excellent, les skis ont une très bonne tenue sur le dur et une conduite de carré précise. Je dois même dire que je retrouve un peu le même caractère que nous avions tant aimé dans les El paco et Soul rider, le tout dans un ski un peu plus raide et sportif. D'ailleurs, c'est probablement à ce jour le skis les plus performants que nous avions eu l'occasion de tester dans des gammes orientées confort et légèreté.

Comme beaucoup de skis modernes, on ne sent que très peu la largeur sous le pied, et pour un skieur maîtrisant le conduite coupée, même le 100mm est un véritable jouet sur la piste avec un passage carre à carre assez rapide. Les Energy sont aussi faciles en virage coupe qu'en conduite glissée. La transition entre les 2 modes est d'ailleurs particulièrement douce. En petit virage godille , on profite à 100% de la faible inertie du ski qui reste du coup très maniable

Hors piste, puisque c'est aussi la vocation de cette gamme, nous les avons testé sur une neige un peu compliquée (succession de zones poudre puis soufflé). Le comportement est sein mais clairement plus adapté à des bords de piste qu'à du vrai freeride. Seul le 100 permet de commencer à s'appuyer un peu sur la spatule. Les 90 et 80 restent des skis all-mountain qui nécessitent une position en arrière pour tourner en neige molle. Dans la traffole, les skis restent confortables, et rassurant à vitesse modérée. Pour être pointilleux, On aurait aime un poil plus de portance en spatule.

Sur neige dure, le comportement des skis est clairement sans défauts, voir même consensuel ... Le seul point qui pourrait être critiqué est le manque d'effet de spatule, et la carre un peu courte. Évidement, tout ceci est inhérent au Rocker, mais on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. On se prend juste à regretter des fois les skis qui rentraient en courbe même sans pression sur la languette.

Une façon de limiter les effets indésirable du rocker sans en perdre les avantages consiste à choisir ses skis plus longs. Sur ce type de ski, il faut donc impérativement choisir plus grave que sa taille ... Et en l'occurrence en particulier sur le Energy 100 qui a la plus de rocker.

Concernant les 3 modèles, le 100 est clairement le plus sportif, polyvalent et intéressant. Le 90 est consensuel, et le 80 sans grand intérêt par rapport à un ski de piste ... Hormis pour sa légèreté.

Au final un ski ultra réussi , facile léger et confortable ... Peut être juste trop accessible pour les forts skieurs qui en feront (trop ) vite le tour. Pour tous les autres, foncez, il n'y a rien à jeter.

NORDICA Cinnamon 76

A priori très inspiré du FireArrow 76 Ti, le Cinnamon a décroché le coup de coeur de notre testeuse de niveau intermédiaire ! Facile à faire tourner, que ce soit en virage classique ou coupé, stable à vitesse soutenue, rassurant même quand la piste de détériore… que demander de plus ? Peut être une déco un peu plus colorée ! Toujours est il qu'elle est prête à changer (enfin) son K2 Burn In Luv qu'elle traine depuis 5ans !

Dans la catégorie des skis de piste perf, le Cinnamon recueille les meilleures notes et prend la première place cette année. Enfin un vrai ski pour les skieuses sportives !

FISCHER

FISCHER Ivory

FISCHER IvoryComme souvent, Fischer se distingue sur ses gammes intermédiaires avec d’excellent rapport qualité prix. Une fois encore, l’IVORY propose beaucoup de qualités dont on aurait pu douté compte tenu notemment du poids du ski.

C’est un ski facile à faire tourner, stable, accrocheur et confortable pour une skieuse de niveau intermédiaire. Seule la déco blanche est assez moyenne sur la neige. Il monte ainsi sans contestation sur le podium des skis femme avec le Cinnamon de Nordica.

FISCHER Motive 86FISCHER Motive 86

Ce ski c'est juste un régal. Le choix de construction ingénieux permet de conserver sous le pied un ski performant sur piste avec un déclenchement harmonieux et progressif du virage, et d'une bonne efficacité en hors piste pour un ski de 86mm sous le pied. Ce que nous en retenons c'est son confort, sa légèreté et son exceptionnelle facilité à pivoter sur tous les types de piste, de quoi varier les plaisirs et se jouer de tous les types de terrains.

Côté conduite de courbe sur piste, c'est aussi là une bonne surprise comme souvent chez Fischer. Alors certes, ce n'est pas un ski puissant, mais un ski plaisir très sein qui sera parfaitement adapté à un skieur technique pas trop entrainée

BLIZZARD

BLIZZARD Bonafide

Selon Bizzard, le nouveau Bonafide évolue essentiellement cette année grâce à une nouvelle spatule en carbone offrant plus de confort. Pour être très honnête avec vous, et à défaut de comparaison directe avec l’ancien modèle, il nous est difficile de vérifier ceci car notre souvenir n'est pas assez précis 1 an après pour l'affirmer. Ce qui est sûr, c’est que le comportement est très proche, et que l'excellent souvenir du modèle 2015 n'a pas été contredit par le 2016.

Le bonafide reste l’un de nos skis préférés parmi les 100mm. C’est un ski solide sous le pied, à la conduite ultra précise et rassurant en toute circonstance. Son noyau très travaillé offre un excellent contact ski neige, beaucoup de précision sur la carre, et le tout sans fatigue excessive. Contrairement à beaucoup de ses concurrents, la spatule travaille et guide le ski à la perfection, et même en cas d’appui puissant, le talon ne lâche pas.

Dans les bosses et la trafollée, l’amortissement et la stabilité restent de très haut niveau. Seule la maniabilité hors piste est en retrait par rapport aux skis en double rocker (Nordica soul ride, DPS wailer 99, Atomic automatic 102 etc.). Au final, un ski que nous conseillons aux très bon skieurs qui veulent un 50/50 performant sur piste et qui pratiquent régulièrement le hors piste … pas forcément dans la poudre. Pour le situer par rapports à ses concurrents direct, il se rapproche beaucoup du Volkl Mantra en un peu moins puissant et plus facile, et du Nordica Enforcer.

BLIZZARD Black Pearl

BLIZZARD Black Pearl

Pour faire court, on retrouve le même esprit que le bonafide en plus léger, et plus maniable. C’est une très bonne surprise compte tenu de son poids, et surtout l'un des rares skis femme all-mountain (avec le Kenja) qui a obtenu le feu vert de notre testeuse de haut niveau.

BLIZZARD SL racing FIS

BLIZZARD SL racing FIS

Comme tous les slalom FIS, le SL racing est fort logiquement exigeant techniquement et physiquement. On a beaucoup apprécié cependant un ski sur lequel on est facilement posé, qui a moins tendance à mettre à cul que certains autres skis de sa catégorie. Il monte sur le podium de la catégorie aux côté du Volkl et du tout nouvel Atomic.

BLIZZARD Viva X7 Ti

Le Blizzard Viva X7 est proche du top de gamme femme chez Blizzard. Comme souvent chez Blizzard, c’est un ski assez raide, avec un rayon plus long que ce que l'on a l'habitude de trouver parmi les skis femme (qui, je le rappelle, sont en général très courts en rayon ... à croire qu'aucune fille n'avance un peu dans l'esprit des fabricants). Toujours est il que le blizzard sort un peu du lot de ce côté. Pour les skieuses qui aiment aller un peu vite, et qui skient majoritairement en technique traditionnelle, ce ski fais souvent mouche !

Sur la piste, il est moins maniable que la plupart des autres skis femme. On gagne par contre en stabilité en en conduite de courbe à vitesse plus soutenue, mais on s'attendait à encore mieux de ce côté. Il faudra donc favoriser une taille un peu longue si on désire réellement orienter ce ski vers des perf raisonnables à grande vitesse.

HEAD

HEAD Monster

HEAD MonsterAprès notre relative déception lors des tests de la nouvelle série Big Moutain Head (Venturi, Collective etc.), Head nous répond nous faisant tester un ski de freeride spécifiquement destinés aux gros skieurs. Il reprend à l’occasion le nom d’un ski qui a fait le succès de la marque : le MONSTER.

Pour le coup, head n’a pas fait dans la dentelle : le monster est une arme ! Evidemment, on n’est pas dans le registre de la finesse. Le skis est physique, lourd, encombrant. Il nécessite d’être mené avec vigueur pour compenser son inertie. En échange, il perfore tout ce qu’il trouve sur son passage, et vous fait oublier la vitesse grâce à une tenue, une conduite, une accroche et une stabilité monstrueuse … on se demande franchement si il y a une vitesse maxi limite avec ce ski tant on se sent rassuré à grande vitesse. C'est un peu comme un KASTLE MX88 en plus gros et plus rigide. Pensez quand même à lui passer un coup de téléphone 30 minutes avant d’amorcer un virage (lol) si vous ne voulez pas rater le prochain embranchement sur la piste.

Ce type de ski n'est pas fait pour tout le monde, et devient rare sur le marché car son public est une micro niche. En tout cas, avec le Q LAB de salomon, le MONSTER sera peut être le seul ski cette année qui satisfera les sangliers skieurs !

HEAD Super joy

Le haut de gamme piste femme HEAD a fait l’unanimité par son look ! Côté comportement, le tableau est moins idyllique. Nos testeuses ont noté dans l’absolu un manque d’accroche, de stabilité et de confort en regard de l’engagement physique qu’il demande. Les conditions très dégradées de la piste lors du test n’ont pas mis le ski dans les meilleurs conditions, mais d'autres ont réussi à s'en sortir haut la main, donc pas d'excuses. On le réserva à skieuses sportives avec des gabarits pas trop léger, qui trouveront un ski consistant sous le pied et sein.

HEAD Total joy

Avec un peu plus de largeur que le super joy, le Total joy n’a pas séduit. Trop de vibrations, pas assez d’accroche, le ski a secoué nos testeuses sans qu’elles y trouve une compensation par des performances au dessus de la moyenne. Seule la déco a beaucoup plût.

VOLKL

VOLKL Kendo

Après avec complètement revu le MANTRA l’an passé, c’est au tour du KENDO de recevoir une cure de jouvence cette année.

Avec un nouveau design, mais surtout des lignes de côtes et une structure revue, le kendo 2016 est un tout nouveau ski. Fidèle à la signature Volkl, ce nouveau kendo ne reniera pas ses origines d’authentique ski de carving all mountain.

Le ski est souple en flexion, mais raide en torsion. La consistance sous le pied est moyenne et sa relative souplesse longitudinale lui permet de suivre parfaitement le profil de la piste avec un magnifique travail et un très bon contact ski-neige. A côté, la raideur en torsion offre un guidage très précis dans la courbe et une très bonne tenue sur le dur.

Seule l’entrée en courbe est un peu lente car le rocker limite le mordant de la spatule. A contrario, cette spatule adoucira le comportement du ski lorsqu’il sera utilisé en mode plus traditionnel (pivotement). On notera quand même que le kendo est un peu moins joueur que le mantra, ce qui est un peu logique compte tenu de sa ligne de cambre et de sa cible.

Au final, ce nouveau kendo est un ski attachant, très équilibré, et particulièrement adapté à un bon skieur (classe 3 - 4) pratiquant à 60% sur piste avec une unique paire de skis.

VOLKL Kenja

Le kenja ne peut pas renier sa filiation avec le kendo. On retrouve un comportement assez analogue. C’est un ski moderne qui demande à être plus conduit que brusqué. En échange, il donnera un maximum de plaisir à celle qui saura lui parler.

VOLKL Racetiger SC

Le racetiger SC est une version édulcorée du ski de slalom grand public Volkl (RaceTiger SL). La différence avec son grand frère est toutefois très importante, même si le tarif est assez proche.

On a un ski beaucoup plus léger, bien plus souple, plus long en rayon. Il est finalement assez difficile de trouver des similitudes en dehors de la déco.

Lors des tests, il a globalement satisfait notre testeuse de niveau intermédiaire, mais avec un gabarit de 78kg, et un niveau supérieur, je l’ai trouvé très insuffisant pour cette gamme de prix. L’avant du ski n’est pas assez incisif, et il n’a pas assez de présence sous le pied pour tolérer des appuis marqués sur la neige dure. Du coup, les appuis lâchent trop vite et il ne permet pas d’engager avec sérénité. Quand on connait les capacités exceptionnelles de son grand frère, il faut absolument revoir le positionnement en gamme (et en prix!) du SC.

VOLKL Racetiger SL

Le racetiger SL est le ski de slalom grand public Volkl. Disons le tout de suite, il est assez proche du vrai ski de course, avec un noyau plus souple. Comme le GS, c'est une magnifique réussite avec un équilibre qui le hisse au niveau d'un redster D2, ou autre Laser SL. Malgré sa très grosse dynamique, c'est un ski qui ne met pas 'à cul' contrairement aux Rossignol et Dynastar. Bien évidemment, tout est là : accroche, dynamique, conduite, puissance ... une superbe réussite !

ELAN

ELAN Amphibio 88 Xti

Amphibio est à la fois le nom de la technologie développée par Elan et du ski phare de la gamme slovaque. Si nous devions tester un ELAN pour 'comprendre' la philosophie de la marque, c'est donc ce modèle qu'il fallait mettre sous nos chaussures. Le principe est basé sur une structure asymétrique avec du rocker sur le ski aval est du cambre sur la spatule du ski amont.

Sur la neige, on a trouvé un ski assez ‘gentil’ qui tient sur la bonne neige, mais pas sur la glace. Le ski est vif et maniable à petite vitesse, mais il devient plus lent et plus flou quand la vitesse augmente, sans devenir pour autant désagréable. Dans les bosses et en petit virage, l’amphibio est lèger et maniable, mais manque un peu d’équilibre.

Juste pour le fun, nous nous sommes amusé à inverser les 2 skis puisqu'il sont dissymétriques. Croyez le si vous voulez, nous avons préféré : le comportement est devenu plus vif et pus direct ... on a l'impression que le ski repris vie.

Finalement, le concept Amphibio n'est pas juste une invention du marketing car elle permet effectivement d'apporter de la facilité et de la douceur au 88 Xti. Dommage que le ski n'ai pas une meilleure base, en particulier sur neige dure.

ELAN Insomnia

L'insomnia est la version femme de l'amphibie. Notre testeuse de niveau intermédiaire a essayé l’insomnia sur une piste très gelée et cabossée après de nombreux passages. Nous ne savons pas si son nom était prémonitoire, mais elle lui a décerné la palme du ski le moins agréable de la journée. A re-tester donc dans des conditions moins défavorables.

ELAN Speed Magic

Le Speed magic a plût à l’unanimité avec son design racé. Sous les pieds, et même sur une piste dégradée (la même sur laquelle l'insomnia en déçu), le ski est apparû solide et joueur, parfaitement à la portée d’une très bonne skieuse qui s'est réellement amusé avec.

Son comportement est très proche de celui d’un ski de slalom, en un peu moins vif et dynamique. C'est l'un dres rares ski placés dans une gamme femme, qui a réellement les capacités à être positionné comme une vraie gamme 'performance'.



La suite des tests >

 

PORT GRATUIT

SUR DE NOMBREUX PRODUITS
 

+ 33 491 452 771

MARDI-SAMEDI, 9h30-12h & 14h30-19h
 

SATISFAIT OU REMBOURSE

DANS LES 15 JOURS APRES LIVRAISON
 

CADEAUX & REMISES SPECIALES

INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER