Assistance : +33 4 91 45 27 71 (Marseille) +33 4 42 05 16 15 (Fos)

Swipe to the left

Bootfitting - Les 5 étapes clés

11 novembre 2012 18506 Vues

L'analyse du pied

La connaissance de la biomécanique du pied est fondamentale pour apporter une solution pertinente à chacun. Chaque pied est unique, et doit être considéré en tant que tel. Ce qui peut être parfait pour le voisin peut être désastreux pour vous. Ne vous fiez qu’à vos propres sensations et comprenez que vous avez deux pieds différents.

Au cours de l'analyse du pied, le bootfitteur va vérifier le morphotype (pied pronateur, pied supinateur etc.), les répartitions d'appui, les paramètres morphologiques (largeur, longueur, hauteur du coup de pied, différence entre les 2 pieds), les 'accidents' ou pathologies du pied (excroissances osseuses, déformations articulaires, pointes saillantes, syndrome de Morton, Algus, etc.). A partir de tous ces éléments, on pourra déjà avoir une idée assez précise sur l'origines des éventuelles douleurs apparaissant en skiant. Ces éléments seront aussi d'une aide très précieuse dans le conseil apporté quand au choix de votre future chaussure de ski.

Le choix de la coque

La coque d’une chaussure (la partie plastique externe de la chaussure) de ski du marché est par définition standardisée en terme de forme. SI on considère qu'il y a 100 millions de pieds différents en France, elle ne peut donc pas convenir parfaitement à tous les pieds.

Le rôle d'un vendeur de chaussure compétent est toutefois de sélectionner une coque dont la géométrie se rapproche le plus de celle du pied. Ceci permettra d’optimiser la répartition de pression du chausson autour du pied, et cela conditionne intégralement le confort final dans la chaussure. En effet, il faut absolument intégrer que ce n'est pas le chausson qui gommera les défauts : si une coque n'est pas adaptée au pied, des problèmes surviendront forcément un jour ou l'autre, quelque soit le niveau de confort du chausson. Souvent, un chausson épais et douillet donne l'impression que la chaussure va être plus confortable. Soyons franc : c'est de la poudre aux yeux ! Cette mousse douillette va rapidement se tasser (d'autant plus vite qu'elle est molle), et le pied va très rapidement se promener dans la chaussure avec des conséquences évidentes.

En choisissant la coque de la chaussure, la taille est aussi essentielle. On notera que les conséquences du choix d’une chaussure trop grande sont plus graves que le cas inverse, bien que ce soit un cas que l'on observe très souvent.

La stabilisation du pied

En ski, votre pied subit des efforts équivalents à 3 fois votre poids, sans compter les contraintes liées à la coque rigide serrée d’une chaussure à fond plat. La musculature, la morphologie et les articulations du pied ne supportent pas ceci sans conséquences. Il est donc primordial d’offrir au pied un support stable et morphologiquement adapté pour limiter les mouvements et améliorer la proprioception plantaire (déterminante dans le déclenchement et la conduite du geste sportif du skieur).

Votre nouvelle chaussure est très jolie et à la bonne taille, mais si vous ôtez le chausson et glissez la main à l’intérieur, vous vous aperceverez qu’il contient une semelle dite ‘de propreté’. Ce vulgaire morceau de moquette n’a de semelle que le nom. Si on imagine que tout le pilotage du ski va passer par là, on se pose des questions à juste titre. Bien évidemment, cette semelle de propreté est essentiellement fournie pour les essayages en magasin. Elle a vocation a être remplacée par une vraie semelle technique assurant l’interface entre vos pieds et votre chaussure.

Skier avec la semelle de propreté, c’est comme si vous laissiez la protection en plastique d’origine sur les sièges de votre voiture.

Une semelle parfaitement adaptée est la fondation de la chaussure de ski. Elle apporte une réponse à 50% des problèmes de pieds. C’est par ailleurs un pré-requis avant tout bootfitting plus pointu car il est aberrant d'apporter des modification à une chaussure dans laquelle le pied se promène.

En apportant un soutient (talon, voute plantaire), cette semelle sur mesure va

  • limiter les mouvements Avant/Arrière du pied dans la chaussure
  • éviter les mouvements de pronation ou de supination du pied lors de la flexion qui conduisent à des douleurs malléolaires
  • répartir les pressions sur toute la surface du pied, donc éviter les sur-pressions, améliorer la proprioception en augmentant la surface de contact entre les capteurs de pression du pied et la chaussure

L'utilisation d'une semelle est une évidence dans le cadre du ski en compétition : la semelle est à la chaussure ce qu’est un pneu contact à votre véhicule sur la neige. Elle est trop souvent négligée en France dès que l'on aborde le ski loisir, alors qu'elle est un élément déterminent du confort.

Les adaptations de forme

Une fois le pied stable au fond d’une chaussure cohérente avec le forme du pied, il reste à se préoccuper des points qui blessent. Eh oui, comme vos pieds ne sont pas ceux qui ont servis à designer la chaussure (eh oui), il y a peut être encore des points gênants ... ne serait-ce qu’à cause des différences morphologiques entre vos 2 pieds ... ou tout simplement car il n’y a peut être aucune chaussure du marché qui corresponde réellement à vos pieds. Rassurez vous, c’est très courant. Le bootfitteur intervient alors pour modifier la coque et l’adapter aux spécificités de votre pieds.

Déformation de coque

Quand la coque est trop étroite par rapport à la place demandée par le pied, on peut procéder à une déformation locale de la coque. Cette déformation à chaud permet d'offrir localement plus d'espace au pied. Ce type de travail permet de modeler entièrement la chaussure au pied, à condition que la coque ne soit pas au départ trop grande (on peut élargir mais plus difficilement resserrer). Cela se fait en travaillant le plastique à chaud avec des vérins, pinces et autres engins de torture. Si c’est bien fait (et cela prend du temps), votre coque sera modifiée de façon durable (une déformation faite en 1h et refroidie dans la neige ne tiendra jamais bien longtemps à cause du rétrain des thermoplastiques). Les limites de ce type de travail
  • l'allongement global de la chaussure ne peut être que très faible
  • il est hasardeux de travailler au niveau des joints d'étanchéité de la chaussure (coup de pied)
  • la qualité du plastique de la coque a une grosse influence sur les possibilités de déformation

Calage

Le calage HTP est la première solution d'adaptation de la chaussure à la forme de votre pied. La concept consiste à travailler sur les zones d'appui insuffisant de la chaussure sur le pied en ajoutant de l'aipaisseur entre la coque et le chausson. Ce type de calage permet
  • d'améliorer la tenue du pied
  • de mieux répartir les pressions
  • de diminuer la pression sur des zones sensibles

Ce calage est réalisé à l'aide de plaques de mousse thermoformables découpées et mise en forme suivant votre morphologie personnelle. Il est assez délicat à réaliser car il nécessite un retour de sensations très précis de la part du skieur.

Le Fraisage

Dans certains cas, au lieu de déformer le plastique à chaud (ou en complément), on intervient en enlevant de l'épaisseur dans le plastique de la coque par fraisage. Ceci permet d'intervenir dans les zones très épaisses comme le talon ou le boitier d'ortiel.

Le sur-mesure

L’étape ultime du travail va porter sur le chausson qui assure l’interface entre votre pied et la coque de votre chaussure. Comme pour la semelle, cet élément peut être travaillé afin d’assurer une liaison de qualité. Si toutes les étapes précédents ont été faites dans les règles de l'art, cette dernière permettra d'avoir une chaussure réellement sur-mesure.

A la base, les chaussures sont fournies avec un chausson basique (que le marketing affuble, souvent abusivement, du qualificatif de ‘thermoformable’). Ce chausson doit surtout avoir la qualité de ne pas se tasser trop vite grâce à des densités de mousse suffisantes.

Suivant les cas, on ira éventuellement plus loin en remplaçant ce chausson par

  • un chausson thermoformable intégral (à contrario avec un chausson classique qui n'est que très partiellement thermoformable).
  • un chausson Injecté : le chausson injecté permet d'apporter une adaptation au pied de très haut niveau pour les pratiquants intensifs. Bien que la mise en oeuvre soit assez délicate, c'est la solution qui permet certainement d'apporter le meilleur ratio précision/confort. Elle équipe 90% des coureurs de haut niveau. Attention : le chausson injecté n'est pas une solution miracle, et n'exclue pas un bon choix de coque.

Ces technologies permettent (avec chacune leurs limites) de mieux uniformiser l’appui sur le pied et donc d’offrir un meilleur maintient tout en étant plus confortable.

Lorsque votre chaussure a vieilli et que le chausson s'est tassé, posez vous vraiment la question si il faut vraiment acheter une nouvelle chaussure ou simplement changer le chausson. Pour un coût plus modique, remplacer votre chausson d'origine par un chausson injecté vous apportera au final un confort que vous n'auriez jamais pu atteindre sur une chaussure neuve. Pensez y !

Le suivi

L’utilisation de votre chaussure va révéler des sensations que vous n’imaginiez pas au départ. Cela peut être des gènes ou des douleurs, mais aussi des mouvements qui vous dérangent. Cela peut arriver très vite ou après des mois d’utilisation. Cela peut provenir d’une évolution du chausson (tassement) ou de votre morphologie (la prise de poids ou l’amaigrissement même légers ont un effet immédiat sur la morphologie du pied).

Il y a beaucoup de choses que l’on ne peut pas anticiper, pour commencer car chaque individu réagit différemment. Dans tous les cas, le bootfitting et ses différentes techniques peut vous aider à solutionner ces problèmes, à condition que le choix intial de chaussure ait été pertinent. Retravailler une chaussures existante est souvent une très bonne solution, à la fois du point de vue technique qu’économique.

Le prix du bootfitting

Abordons ce point non négligeable pour beaucoup : combien ça coute d'avoir son propre matériel et d'être bien dans ses chaussures ?

  • Coût d’une chaussure sur mesure : entre 600 et 800€ ... fréquence moyenne de remplacement constatée: 10 ans (70€ / an) pour être vraiment bien dans ses bottes
  • Skis + fixations : 300€ (débutant), 550€ (sportif), 800€ (expert) ... fréquence moyenne de remplacement : 7 ans (80€ / an)

Au final, on est sur un budget de 150€ / an à mettre en face des 130€ / semaine pour la location du matériel et des 250€ / semaine pour les forfaits sans compter l’hébergement ... croyez vous vraiment que cela vaille le coup de gâcher vos vacances et votre plaisir avec du matériel inadapté ?

 

PORT GRATUIT

SUR DE NOMBREUX PRODUITS
 

+ 33 491 452 771

MARDI-SAMEDI, 9h30-12h & 14h30-19h
 

SATISFAIT OU REMBOURSE

DANS LES 15 JOURS APRES LIVRAISON
 

CADEAUX & REMISES SPECIALES

INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER